Related Articles/Videos

Paul Goldschmidt on Should the Financial Sector be branded as Public Enemy N° 1?

24th January 2012

(Photo Mathieu Delmestre : Solfé Communications)

(Scroll down for the French version)

Paul GOLDSCHMIDT, former Director at Goldman Sachs International, former director at the European Commission (1993-2002), member of the Advisory Board of the Thomas More Institute.

In his first important electoral speech, the French presidential candidate, François Hollande, clearly designated the “financial sector” as his main opponent. His audience gave a rapturous welcome to his proposals aiming at ending the “subjugation of the economy to the world of finance”.

Nobody contests that finance should be serving the economy rather than the reverse. It  is, however, difficult to imagine that an ideologically based “cracking down” is likely to improve financial services.

Nobody would contest either that the financial sector bears not only a significant (but not exclusive) share of responsibility in the financial crisis but that its image continues to be damaged by its unabashed arrogance. It creates emotional reactions, eagerly exploited by political actors, fuelling popular discontent and papering over their own failures and responsibilities (as governments, legislators or regulators).

Thus are propagated populist oversimplified catch all slogans along the lines: exit the Euro, ban bonuses, forbid short selling and CDS, tax speculation, bring rating agencies to heel, split commercial and investment banking etc. Some of these ideas deserve careful consideration but only insofar as they form part of a broad based approach allowing for a coherent articulation of the measures as well as an appropriate geographic extension of their applicability.

Creating a deep rift between the population and the world of finance is counterproductive because, on the morrow of the relief provided by all the loud barking, it will be necessary to rely on a well functioning financial system capable of meeting the legitimate, necessary and complementary needs of enterprises, commerce, consumers, investors as well as of public authorities.

The heart of the problem resides in a confrontation in which the balance of power between protagonists is in fundamental disequilibrium: on the one hand the nebulous “globalised” world of finance which is dominated by a relatively limited number of large multinational actors, relying on a (more or less discreet) tightly knit network of personal relationships; on the other, public authorities whose powers are largely restricted to their national territories. The latter appear particularly timorous each time they are called to act in concert to confront the financial sector of which the have become inextricably dependant. The less than edifying spectacle offered by the “voluntary” PSI negotiations on the restructuring of the Greek sovereign debt is emblematic in this respect: the protagonists are engaged in a game of “chicken”, waving the spectre of à systemic breakdown and risking at any moment losing control over a highly volatile and dangerous situation.

It is within this context that one should evaluate the proposals of the French socialist candidate aiming at “taming” the world of finance. If one wishes to transcend a purely electoral posture, such a confrontation must necessarily be undertaken in close cooperation with all Eurozone partners and, preferably, also with the UK. In particular, the negotiations must aim at further integration through the effective transfer of economic and fiscal powers (and means of control) to centralised authorities. This should allow reaching objectives such as the mutualisation of sovereign debt issuance or the granting of new responsibilities to the ECB as a quid pro quo for exercising the role of lender of last resort. It is only within such a framework that “the whole (EMU) shall be greater than the sum of its parts”, a necessary precondition allowing each of the signatories to reap the benefits that justify the unavoidable transfers of sovereignty.

An unilateral approach (whether promoted by François Hollande or President Sarkosy) has not the slightest chance of meeting the necessary conditions to tame the “financial beast” whose own mobility and flexibility arms it with forceful trump cards, skirting often close to outright blackmail, each time it finds itself opposed to purely national public authorities. One has witnessed the success of the British banking lobby imposing on the HM Government the defence of parochial “City” interests or of the French banks making their Government the champion of the “universal banking” model. One should add the hardly veiled threats of delocalisation raised each time new regulatory measures (fiscal or prudential) are proposed impinging on the competitivity (and profitability) of banks, thus paralysing the implementation of reforms whose pertinence are subject to a broad consensus.

Politics must, undoubtedly, seize once again the initiative from the all too powerful financial sector. This implies that the elector, who will be called to deliver an unambiguous mandate, be fully informed of the stakes which, clearly, stretch far beyond the national territory and the exclusive power of a President, however comfortable his political majority. The financial crisis can only be overcome within the framework of an integrated European Union within which any claim by a candidate, a political party or even a single country to be able to impose unilaterally a solution is void of any credibility.

It is high time to mobilise and harness, for the common good, the financial world and its indisputable and indispensable power rather that to designate it – vaingloriously – as Public Enemy N° 1.

 

Le Secteur Financier : Ennemi Public

N° 1 ?

 

Dans son premier discours important de campagne, le candidat à l’élection présidentielle française, François Hollande, a clairement épinglé la « Finance » comme son principal adversaire. Son audience a réservé un accueil enthousiaste aux propositions de « mettre fin à la subjugation de l’économie par le monde financier ».

Personne ne conteste que la finance doive être au service de l’économie et non l’inverse, mais il est difficile d’imaginer qu’une « mise au pas », dictée principalement par l’idéologie, s’accompagnera d’une amélioration de ce service.

Personne ne conteste, par ailleurs, que le monde financier a non seulement une responsabilité importante (mais pas exclusive) dans la crise financière, mais aussi qu’il aggrave considérablement son image par une conduite arrogante. Il suscite des réactions émotionnelles dont se saisissent les acteurs politiques pour attiser le mécontentement et occulter leurs propres manquements et responsabilités (comme gouvernants, législateurs ou régulateurs).

Ainsi se propagent les slogans populistes du « y a qu’à.. » tels que : « sortir de l’Euro, supprimer les bonus, interdire les ventes à découvert et les CDS, taxer la spéculation, contrôler les agences de notation, séparer activités de banques de dépôts et d’affaires, etc. » Certaines de ces idées ont, certes, du mérite pourvu qu’elles s’intègrent dans une approche suffisamment large, tant dans l’articulation cohérente des mesures que dans leur portée géographique.

Créer un fossé entre la finance et la population est contre-productif car, au lendemain du coup de gueule qui soulage, il faudra s’appuyer sur un système financier qui fonctionne et soit capable de subvenir aux besoins légitimes, nécessaires et complémentaires des entreprises, du commerce, des consommateurs, des investisseurs sans oublier ceux des pouvoirs publics.

Le nœud du problème réside dans la confrontation dans laquelle le rapport de forces entre  protagonistes est fondamentalement déséquilibré : d’un côté, le monde nébuleux de la finance « mondialisé » et dominé par un nombre limité de grands acteurs multinationaux, entretenant des rapports très étroits (et plus ou moins discrets) entre eux ; de l’autre, les autorités publiques dont le pouvoir est largement limité à leur territoire national. Ces dernières sont particulièrement frileuses dès qu’il s’agit d’agir de manière concertée pour tenir tête au monde financier duquel, très souvent, elles sont devenues inextricablement dépendantes. Le spectacle peu glorieux des négociations autour de la « participation volontaire du secteur privé » dans la restructuration de la dette grecque est emblématique à cet égard : on joue à se faire peur en agitant le spectre d’un effondrement du système financier, risquant à tout instant de perdre le contrôle d’une situation très volatile et hautement dangereuse.

C’est donc à l’aune de cette situation qu’il convient d’évaluer les « propositions » du candidat socialiste qui prétend « assujettir » la finance. Pour dépasser une posture purement électoraliste, un tel « combat » doit impérativement être entrepris en concertation étroite avec les partenaires de l’Eurozone et, de préférence aussi avec la Grande Bretagne.  La négociation doit surtout s’inscrire dans une démarche d’intégration plus poussée où un réel transfert de pouvoirs (et de contrôle) économiques et fiscaux s’opère en faveur d’autorités centralisées. Cela permettrait d’atteindre des objectifs tels qu’une mutualisation des dettes souveraines ou l’octroi de nouvelles responsabilités à la BCE en contrepartie de l’exercice d’une fonction de prêteur en dernier ressort. C’est seulement dans ce cadre que le « tout (l’UEM) sera supérieur à la somme des parties », condition préalable et nécessaire pour que chacun des contractants y trouve son intérêt et puisse faire accepter les abandons de souveraineté nationale indispensables.

Une approche volontariste isolée (qu’elle soir prônée par  François Hollande ou le Président Sarkosy) n’a aucune chance de rencontrer les conditions nécessaires pour « apprivoiser » le « monstre financier » auquel la flexibilité et la mobilité donne des leviers puissants, s’apparentant parfois au chantage, chaque fois qu’il se trouve confronté à une puissance publique purement nationale. On a pu ainsi constater le succès du lobby des banques imposant au Gouvernement  anglais une défense des intérêts particuliers de la City ou celui des banques françaises faisant de leur Gouvernement le champion du modèle de « banque universelle ». S’y ajoutent les menaces à peine voilées de délocalisations en cas d’impositions de règlements (fiscaux ou prudentiels) qui porteraient  atteinte à la compétitivité (et surtout profitabilité) des banques, paralysant la mise en œuvre de nombreuses réformes dont la pertinence et le bien fondé sont largement consensuels.

La politique doit reprendre l’initiative face au pouvoir excessif de la finance. Cela implique que la population, appelée à donner aux élus un mandat légitime, soit clairement informée de l’enjeu qui, en l’occurrence, dépasse de très loin le cadre purement national et le pouvoir d’un Président quelle que soit sa majorité. La crise financière ne peut être jugulée qu’au sein d’une Union Européenne intégrée où toute prétention d’un candidat, d’un parti ou même d’un pays à pouvoir imposer unilatéralement une solution ne jouit d’aucune crédibilité.

Il est hautement temps de mobiliser, pour le bien commun, le monde de la finance et son incontestable et indispensable pouvoir plutôt que de le cibler en vain comme l’ennemi public N° 1 à abattre.

Recommended Readings